gallery/bjit-logo-web

De BJIT is niet meer

 

Na meer dan 30 jaar staakt de vereniging ‘Belgian Journalists In Technology’, kortweg BJIT, haar activiteiten. Dat hebben het bestuur en de leden op 28 augustus 2017 samen beslist.

  • De BJIT werd in december 1986 opgericht door enkele IT-journalisten die orde op zaken wilden stellen: de sector leren volwassener om te gaan met de pers, dankzij goede informatie, professionele persdossiers, een grotere openheid en correcte afspraken. Bezieler en voorzitter Baudouin Elleboudt bouwde BJIT snel verder uit, van elf journalisten in ’86 tot vijfenveertig in ‘94. Hij maakte er een open vereniging van die jaarlijks een zeer gesmaakte BJIT-cocktail organiseerde met honderden aanwezigen. Tot vorig jaar was het nog steeds één van de topevenementen voor de Belgische ICT-sector om in contact te treden met ICT-journalisten. Na het heengaan van Baudouin Elleboudt kwamen verschillende teams aan het roer: Marcel Wilmet, Marc Husquinet, Luc Blyaert, Brigitte Doucet, Stef Gyssels, William Visterin, Bart Stoffels en Kristof Van der Stadt.

Vandaag zijn het andere tijden, met andere vormen van ontmoeten, samenkomen en interageren. Ook – en zeker – de BJIT, waarvan de leden bijzonder oog hebben voor technologische ontwikkelingen, onderkent dit.

De afgelopen jaren slaagde onze vereniging er echter niet meer in om, naast een weliswaar populaire netwerkdrink, voldoende andere activiteiten zoals debatavonden en informatiesessies te organiseren.  Het aantal actieve leden (ICT- en technologiejournalisten) daalde bovendien al enkele jaren: een rechtstreeks gevolg ook van de inkrimpende bezetting op de verschillende redacties.

Ondanks verschillende voorstellen om de BJIT nog een laatste kans te geven, was er op de laatste algemene vergadering uiteindelijk een consensus dat de BJIT in de huidige vorm en met dit beperkte draagvlak nog maar weinig toekomst had. Onder meer ook door een gebrek aan dragende schouders, de vele goede ideeën ten spijt.

De BJIT houdt eraan om alle leden, sympathisanten, sponsors, medewerkers en bezoekers van onze website en onze evenementen te bedanken. Bedankt voor jullie interesse in de BJIT en we komen elkaar ongetwijfeld snel weer tegen – op één van de vele ICT-evenementen in België bijvoorbeeld.

 

Le BJIT a vécu

 

Après plus de 30 ans, l’association Belgian Journalists In Technology — en abrégé BJIT — met un terme à ses activités. La décision en a été prise conjointement par le comité de pilotage et les membres, en date du 28 août 2017.

 

  • Le BJIT avait été créé en décembre 1986 par une poignée de journalistes ICT qui, à l’époque, étaient désireux de remettre un peu d’ordre dans la bergerie: apprendre au secteur à entretenir des relations plus adultes avec la presse, par le biais d’informations de bonne qualité, de dossiers de presse professionnels, d’une plus grande ouverture et de rendez-vous corrects. L’association a rapidement pris de l’ampleur à l’instigation de son président, Baudouin Elleboudt. De 11 journalistes en 1986, le nombre de membres passait à 49 dès 1994. Baudouin Elleboudt faisait du BJIT une association ouverte vers l’extérieur qui, chaque année, organisait le très apprécié BJIT Cocktail, auquel participaient régulièrement plusieurs centaines de personnes. Pendant de longues années, et l’année dernière encore, ce Cocktail fut l’un des événements-phare du secteur ICT belge, permettant notamment d’établir le contact avec des journalistes ICT. Après le décès de Baudouin Elleboudt, d’autres équipes prirent le relais. Citons les implications successives de Marcel Wilmet, Marc Husquinet, Luc Blyaert, Brigitte Doucet, Stef Gyssels, William Visterin, Bart Stoffels et Kristof Van der Stadt.

Mais les temps ont changé. Aujourd’hui, rencontres, échanges et interactions ont pris d’autres formes. Tout le monde en est bien conscient - et le BJIT plus que quiconque dans la mesure où ses membres s’intéressent tout particulièrement à l’évolution des technologies.

Ces dernières années, notre association n’a pas réellement réussi à organiser d’autres activités, telles que des débats ou des sessions d’informations, qui viendraient s’ajouter à son événement de réseautage, certes populaire. Le nombre de membres actifs (journalistes spécialisés en ICT et en technologies) est par ailleurs en régression depuis déjà quelques années: une conséquence directe de la réduction d’effectifs dans les différentes équipes de rédaction.

En dépit des différentes propositions qui ont été formulées pour donner une dernière chance au BJIT, un consensus s’est finalement dégagé lors de la dernière Assemblée générale: le BJIT, dans sa forme actuelle et compte tenu de cette portée limitée, n’avait guère d’avenir. Notamment en raison d’un manque de bras, et en dépit de nombreuses bonnes idées.

Le BJIT tient à remercier tous ses membres, sympathisants, sponsors, collaborateurs, visiteurs de son site Internet ou habitués de ses événements. Un grand merci pour l’intérêt que vous avez témoigné pour le BJIT. Nous nous reverrons sans aucun doute très rapidement — par exemple lors de l’un des nombreux événements ICT qui se déroulent en Belgique.